Revenir en hautAller en bas
meteo

Enfin quelqu'un de sain dans cette famille

 :: Le Commencement :: Archives :: Présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 3 Déc - 21:07
Tsukiro Maruyama
Âge: 18 ans
Classe: En terminale L
Groupe: Alexandrite
Avatar: Todomatsu, d'Osomatsu-san
Esprit: Dia est le nom de l'esprit de Tsukiro, c'est un cerf ayant la morphologie des cerfs blancs. Bien plus petit que la moyenne, seulement un mètre quatre-vingt-quinze, mais aussi plus maigre et fin. A l'inverse, ses bois sont plus imposants mais aussi plus majestueux.
Orientation: Aromantique et asexuel.
Nationalité/Origines: Japonais.
Situation Conjugale: C'est le néant, et il aimerait bien que cela reste ainsi.
Situation Familiale: Autant être franc, elle n'est pas des plus bonne.
Situation Financière: Il est le dernier des triplets, il est assez proche de ses frères même si il n'ose pas leur dire certaines choses.

Carnation: Tsukiro a le teint le plus clair de la fratrie, il trouve que cela le rapproche de Dia.
Taille: Comme les deux autres frères, Tsukiro fait 1 mètre 80.
Corpulence: Il semble maigre, mais il a des cuisses assez fortes et des bras musclés, mais moins que l'ainé de la maison.
Cheveux: Ses cheveux sont d'un noir profond, en pleine lumière des reflets clairs peuvent être visibles.
Yeux: Tsukiro a des yeux totalement reconnaissables tellement ils sont expressifs, son iris est légèrement plus grande que la moyenne et d'une couleur marron claire.
Signes Distinctifs: En premier lieu, ces yeux et son regard, impossible de le confondre avec ces frères si on le regarde dans les yeux. Ensuite ? Sa bouche qui garde toujours un léger sourire compréhensif mais qui peut cacher son réel caractère. De plus, il est très probable que lorsque vous le voyez, il soit en train de pianoter sur son portable, d'écouter de la musique ou juste se prendre en photo. Pour finir, Tsukiro adore le rose, il n'est pas rare de le trouver avec son petit chapeau qui est entouré d'un ruban rose ou bien de son bonnet avec son sweater rose. Et même, de base, Tsuikro s'habille bien mieux que ces deux autres frères.
Avenant
Curieux
Attentif
Spirituel
Gourmand
Objectif
Peureux
Sensible
Coquet
Fourbe
Tactile
Compréhensif
Jouons à ce jeu de la tragédie
Si il y a bien une chose que Tsukiro a oublié, c'est son enfance. Un moment de joie, de partage et d'amour avec sa famille. Rien de tout cela ne revient à sa mémoire, tout n'est que… obscurité, flouté et laissant place au mystérieux monde de l'amnésie infantile.
Famille ? Rien, à part ses deux frères qu'il a rencontré plus tard dans sa vie et sa « fausse famille ». Mère ? Qu'est ce qu'est une mère ? Père ? Un nouveau mot inventé par les linguistes ? Grande famille ? Quel est leur sens ? A quoi servent-ils ? A rien, à part donner un mot à des personnes qui ont gâché l'enfance de Tsukiro. Les seuls personnes qu'il aime et aimera seront ses frères, si seulement il les avait connu plus tôt…

D'après eux, ils n'étaient qu'à moitié voulu. Son père ainsi que sa mère voulait juste passer un bon moment, ainsi soit-il, mais la fatalité s'abattra alors sur eux. Sa mère tomba enceinte, et garda les enfants malgré tout. Ils étaient son sang, une partie d'elle, elle se devait de les laisser vivre. L'avortement, elle n'y a jamais pensé et ne voulait y penser.
La fatalité a joué son rôle. Elle mourra en donnant naissance à des triplets. Tsukiro sera le benjamin, le dernier. En y repensant, il s'en voulait un minimum. Et si il ne serait pas la, et qu'elle avait donné naissance à des jumeaux ? Peut-être serait-elle encore en vie. Tout n'était que la faute de Tsukiro, il en était sûr.
Leur père tenta de s'occuper d'eux, mais il ne les aimait pas, du moins Tsukiro conclut ainsi. Il les abandonna lâchement, se doutant qu'ils ne survivront pas longtemps et n'aura donc pas leur mort sur la conscience. Quel dommage que la chance était du côté des triplets. Ils furent retrouvés par une jeune personne qui, malgré le fait qu'elle ne pouvait s'occuper d'eux, les emmena dans un orphelinat. Tsukiro ne sait toujours pas si il en est reconnaissant ou pas, au moins il a réussi à survivre grâce à lui, donc c'était à moitié bien, à moitié mal.
Les jours dans l'orphelinat étaient joyeux, il se rappelle de Jomei qui jouait toujours avec sa balle de baseball et Kyosuke qui se montrait attentif aux autres et surtout à ses frères. Tsukiro allait parfois vers eux, mais restait la, à les écouter, à les observer, il ne savait pas quoi faire.

« Nous ne savions pas pourquoi tu semblais éloigné de nous, brother. »
« Je me sentais coupable, Kyo, coupable de notre tragédie. Je pense. »

Lors de ces 3 ans, Tsukiro vit une sphère lumineuse s'approcher de lui. Il approcha sa main de celle-ci mais elle l'esquiva et s'approcha du front de l'orphelin. Il pouvait sentir une sensation étrange, indescriptible, sur son épiderme. Il pencha sa tête sur le côté et continua d'observer cette sphère, cet esprit qui l'avait choisi, qui l'avait attendu et cherché pendant longtemps.
Il était si jeune, il pensait, si jeune et déjà si grand. Il savait qu'un jour cette boule deviendra un splendide animal et qu'ils vivront des aventures ensemble.
Une voix résonna dans sa tête, une voix lui semblant féminine et éloignée. Comme la voix d'une mère qui hurle « au revoir » à son fils lors de ces premiers jours d'école tandis qu'il pleure, sachant qu'il ne verra pas sa famille pendant de longues heures. L'esprit lui donna son nom : Dia. Un nom simple, beau et semblant avoir beaucoup de sens pour cet esprit.

Un jour, Tsukiro vit des parents tourner autour de son grand frère. Ils venaient souvent, et lui parlaient énormément. Parfois, il ne voyait pas son frère pendant une journée. Non pas que cela le gênait, sa culpabilité l'empêchait d'avoir une véritable relation fraternelle avec lui. Il avait un véritable blocage psychologique, il n'en connaissait pas la source ne se souvenant même pas d'être né il y a seulement six ans, et n'arrivait pas à s'en défaire. Au pire, comme il le pensait, cela passera. Ce n'est qu'une étape de la vie, comme l'adolescence et le passage de la puberté.
Il se souvient ne pas avoir vu l'aîné pendant une semaine, et de le retrouver après pour le perdre à nouveau. Cette fois pour de bon, avec deux adultes que Tsukiro ne connaissait pas.

Tsukiro sentit un changement chez Jomei. Il n'en tira pas compte et continua sa vie comme il le fallait, tentant de s'intéresser aux passions de Jomei. Kyosuke n'était désormais qu'un nom, son visage était encore dans sa tête mais… qui était-ce ? Pourquoi se souvient-il de lui ? De son visage ? De sa voix ? De ses mimiques ? Quelle partie du cœur de Tsukiro cette personne prenait-elle ?
Quelque mois après, le même schéma se déroula pour Jomei. Il était absent, revenait content, et repartait. Il pu voir qui occupait le temps de son frère, à nouveau deux adultes. Une femme et un homme, ils étaient attentifs à chaque action que son frère faisait et était heureux de le voir chaque jour. Un jour, ils étaient en pleurs et Jomei partit pour de beau de l'orphelinat.
Le dernier geste que Jomei fit au benjamin le laissa de marbre. Il avait levé son bras, regardant dans les yeux Tsukiro et n'effaçant pas son sourire qu'il portait à chaque moment de la journée, et l'agita devant lui. Sa manche était, comme toujours, trop grande et le vent les poussait toujours vers la gauche, et commençait à décoiffer ses cheveux qui cachait petit à petit ces yeux, comme si personne ne voulait voir ce que ressentait Jomei. Tsukiro essaya de courir vers son frère, il voulut lui dire au revoir ou le rejoindre, mais il fut vite rattrapé par le directeur de l'orphelinat qui l'empêcha de ne faire qu'un seul pas. Des larmes perlaient et coulaient sur ses joues, Tsukiro se souvient du cri qu'il avait poussé et sa volonté de rejoindre son dernier frère. Mais c'était impossible.
A force, Tsukiro se sentit délaissé, seul, et mal-aimé. Impossible d'enlever ces sentiments, ces pensées de sa tête : tout n'était que de sa faute.

« J'étais sans doute qu'une erreur, en tant que benjamin. »
« Ne dis pas ça, la vie t'a donnée une chance et tu t'es battu pour la gagner. Je me battais aussi pour ma vie, pour te trouver. Spirituellement, bien sûr. Fais de même, et tu trouveras ton bonheur et celui des autres. »

Cette voix résonnait en lui, cette voix qui lui disait de se battre, de gagner, de retrouver ses « frères ». Dia était un vrai soutien moral pour lui, elle lui disait ce qu'il voulait entendre, elle était juste sa mère adoptive même si Tsukiro détestait désormais le mot « mère ». Trop de mauvais sentiments imprégnaient le garçon dés qu'il entendait ce mot.
Le mal était déjà fait, ces frères n'étaient qu'un vaste souvenir. Ils revenaient parfois lors de ces rêves. Ces visages uniques qui ne se ressemblent aucunement malgré leur ressemblance. Cet air fier, fier d'être soi-même et d'aimer les autres. Cette aura joyeuse qui pouvait faire rire n'importe qui n'importe quand. Ces sourires. Pourquoi sont-ils si familiers mais si étrangers ?

Pendant des mois, il fit la connaissance de deux autres adultes. A nouveau une femme et un homme. Ils étaient heureux de le voir à chaque fois et attentifs à ces mots. Mais pendant quelque temps, Tsukiro ne dit et ne fit rien. Il en était incapable, il avait l'impression que ces personnes allaient lui faire du mal, comme si il allait être jeté dans les ordures pour être né.
Dia lui demandait d'être plus vivant, que ce n'était que pour son bien. Alors il enfila un sourire qu'il trouva narquois et égoïste. Et les adultes furent heureux. Il tentait de se montrer mignon, de se « vendre » pour se faire aimer. C'était le seul moyen pour lui de se faire apprécier, alors il continua de garder ce masque jusqu'à son adoption.
Il partit pendant une semaine dans la maison de ces nouveaux parents. Une semaine de test, ils disaient, juste pour voir si il arrivera à s'habituer à son nouvel environnement et si les relations avec leur garçon évoluera en quelque chose de bien.
Le garçon, son nouveau frère aîné, était quelqu'un d'agréable. Toujours prêt à rire, à rire avec Tsukiro malgré leur différence de 6 ans. Il était toujours à ses côtés, il le rassura quand il avait peur, il le calma quand il pleurait. Ce que Tsukiro attendait d'un frère, mais quelque chose en lui, une peur, lui disait de ne pas faire confiance à cette personne. Il ne lui fera jamais confiance, et il remercie le Ciel aujourd'hui de cette peur. Dia, quant à elle, était fière de Tsukiro, elle était heureuse de le voir aussi vivant et heureuse de le voir tourner la page.

Au bout de deux semaines, il partit de l'orphelinat, adopté par la même famille qui l'avait accueilli pendant une semaine. Mais rien ne se passa comme prévu, le frère aîné que tout le monde pensait parfait révéla son vraie visage rapidement.

Une assiette qui se casse ? La faute de Tsukiro. L'eau du poisson qui n'a pas été nettoyé ? Tsukiro a oublié. Le ménage dans la chambre du grand frère incomplet ? Tsukiro a encore oublié le dessous de lit.
Toujours la faute de Tsukiro, tout était de sa faute et il s'en était habitué.
Au début, ses parents adoptifs le défendait mais au fur et à mesure, il fut abandonné psychologiquement. Ce n'était que deux enfants qui s'amusait, ce n'était qu'une relation toxique qui commençait et s'envenimait.
Tsukiro ne pouvait pas tenir cela, il ne voulait pas revivre une seconde tragédie alors il s'enfuit en pleine nuit et fit tout pour ne pas être retrouvé. Comment ? Il avait réussi, malgré son hémophobie, à se couper et faire couler un minimum de sang même si Dia était contre. D'ailleurs, Dia était objectivement contre sa fuite mais l'orphelin n'avait pas le temps de lui expliquer le fond de sa pensée : son corps lui disait de fuir pour sa liberté, pour sa vie. Il avait poser du sang sur quelques arbres, un peu sur des feuilles et sur l'herbe. Ce n'était rien, mais cela le fatiguait encore plus. Il avait oublié de prendre des forces avant de partir, encore une erreur de sa part.
Néanmoins, ce qu'il avait fait lui avait permis de rester seul et d'émettre l'hypothèse qu'il avait complètement disparu à sa fausse famille. Une première victoire.


Lors de sa fuite, il sentit quelqu'un l'observer. Il ne voulait pas, il ne voulait pas être retrouver. Des larmes coulèrent pendant sa course, des larmes de tristesse, des larmes de colère, des larmes de… Juste des larmes ! Il devait se libérer de ses chaînes qui l'empêchait d'être qui il est, il en cassa de nombreuses en s'enfuyant.
Se sentant en sécurité en pleine forêt, il s’assit contre un arbre pour reprendre son souffle. Sa respiration devenait au fur et à mesure plus lente, ses paupières plus lourdes et ses yeux de plus en plus secs. Il les fermait et sombra dans un long et profond sommeil tandis que Dia lui souhaita une bonne nuit.

Il se réveilla, Dia se trouvant toujours devant lui comme si elle l'observait et le protégeait. Il ne dit rien, il n'entendit rien même si il savait que Dia lui parlait. Il avait du mal à comprendre ce qu'il se passait. Il tendit juste ses bras vers elle, et la laissa s'approcher et se tenir dans ses mains avant de l'approcher de son torse et approcher son menton d'elle. Il se laissa pleurer, principalement de joie, il allait enfin pouvoir vivre comme il le voudrait. Aucunes obligations, personne pour le surveiller. La Liberté selon lui.
Néanmoins, son ventre gargouilla et sa bouche était complètement sèche. Dia s'excusa rapidement de ne pas y avoir pensé et lui demanda de la suivre.
Au bout d'une dizaine de minutes de marche, il entendit de l'eau couler, ce n'est que quelque pas après qu'il trouva une rivière qui trouva sa source grâce à une cascade. Tsukiro prit une bouffée d'air et se sentit complètement calme, comme si il avait tout oublié.
Il s'assit près de l'eau et prit dans ces mains ce liquide et but une gorgée, puis une deuxième et une troisième jusqu'à se sentir complètement hydratée. Dia se montra joyeuse et parla beaucoup, beaucoup trop selon Tsukiro qui n'était pas totalement réveillé. Il la laissa parler, continuant de trouver un réconfort dans cette voix si calme et douce.

Il vivra pendant plusieurs années dans cette forêt, près de cette rivière qui le fournissait en eau et en nourriture variées. Il apprit à connaître de mieux en mieux Dia dans ce contexte ainsi que qui il était, quel était son caractère, ce qu'il pouvait faire pour aider les autres. C'était ce que Dia voulait, elle ne voulait que la joie et le bonheur des autres et il ne l'apprit que maintenant.
Lors d'un réveil, Dia se transforma en un magnifique et majestueux cerf blanc. Tsukiro resta ébahi face à ce qu'elle était devenue, et elle se montrait extrêmement joyeuse face à cela. Tellement joyeuse qu'ils firent une promenade à deux. Tsukiro, sur son dos, pouvait sentir l'air frapper son visage et de nombreuses odeurs arriver à son nez. Il n'oubliera jamais ces sensations et espère les sentir jusqu'à sa mort.

Un soir, Tsukiro sentit de l'agitation près de son habitat. Dia était aussi aux aguets, ses oreilles étaient tendus vers l'origine du bruit. Une brindille craqua à quelque mètre d'eux, Tsukiro prit son courage à deux mains et s'approcha un peu plus du bruit. Il entendit une voix, grave et familière, totalement énervée, ou triste. Il pouvait entendre quelques reniflements comme si la personne venait de pleurer.
« Tout semble sans danger chéri… tu peux aller le voir, je te protégerai si tout ne se passe pas comme prévu. » Dia le prévint et il s'avança de la personne.
Au début timide, il osa émettre un léger « hey, tu vas bien ? » à cette personne qui se retourna vivement et qui écarquilla les yeux en voyant le visage de Tsukiro. Celui-ci rougit, légèrement gêné face à un humain qui le dévisageait pour la première fois depuis plusieurs années, et l'observa lui aussi.
Le visage de l'autre personne lui rappelait quelqu'un. En fait, il se voyait dans cette personne, comme si ce n'était qu'un clone. Mais des différences étaient notables : ses sourcils étaient plus épais que les siens et la forme de sa bouche était totalement différente.
Tsukiro baissa vite la tête tout en fronçant ces sourcils. Qui était cette personne qu'il semblait connaître alors que ce n'était que la première qu'il la voyait ?

Il n'eut aucunement le temps de réfléchir que des bras entouraient son cou et le rapprocha de la personne inconnue. Elle se mit à pleurer fortement et à hurler de joie. « je t'ai retrouvé, enfin ! » elle réussit à dire entre deux hoquets.
Incapable de se rappeler de quoi que ce soit, et étant légèrement gêné face à tant de tacticité entre eux alors qu'ils ne se connaissent pas, Tsukiro le repoussa légèrement.
« Excusez-moi, mais… qui êtes-vous ? » il réussit à demander, se sentant triste pour la personne qui était si joyeuse à en pleurer de le voir.
Elle était choquée, elle ouvrit de nombreuses fois la bouche pour oser dire quelque chose mais la referma toujours aussitôt. Tsukiro pencha la tête sur le côté, et plissa les yeux pour mieux observer la personne. Peut-être qu'elle lui reviendra sans doute en voyant chaque détail de son visage.
Mais non, la seule chose qui lui revenait en tête était un endroit joyeux mais rempli d'amertume. Joyeux, comme un orphelinat où les enfants se connaissent et s'amusent ensemble. Mais l'amertume ? Comment un orphelinat peut-il être rempli d'amertume ?

Tsukiro secoua la tête, chaque théorie était bonne à prendre et, au pire, cette personne s'est juste trompée d'amis.
« Un orphelinat… peut-être que l'on s'est rencontré la… mais pourquoi, en y pensant, ces sentiments affreux me viennent-ils en tête ? »
Il ne reçut aucunes réponses, juste un nouveau câlin, plus long et fort cette fois-ci, et de nouveau pleurs. Kyosuke résonna à nouveau dans ses oreilles tandis que l'inconnu connu lui répéta ce nom, encore et toujours. Tsukiro caressa le dos de cette personne et laissa les sentiments de joie grandir en lui, même si il ne comprenait pas pourquoi il ressentait cela.

En quelques heures, il se fit remémorer plusieurs années de sa vie. Sa naissance, son abandon avec la mort de sa vraie mère, l'orphelinat et comment Kyosuke se sentait dans sa nouvelle famille. Il ne les avait jamais oubliés, malgré tout ces problèmes, ce qui mit mal à l'aise Tsukiro. Pourquoi tout s'était-il effacé de sa mémoire ? Il s'excusa rapidement auprès de son frère aîné et mima une grande fatigue pour pouvoir échapper à sa propre histoire.
Kyosuke, qu'il surnomma rapidement Kyo, hocha la tête et le laissa s'endormir près de Dia qui était assez vigilante. Elle n'avait pas dormi de la nuit, observant chaque faits et gestes de cet inconnu et n'hésitant pas à se montrer agressive si il s'approchait trop de Tsukiro.

Lorsqu'il se réveilla, une couverture de feuilles le recouvrait et Kyo était joyeux de le voir éveiller, tellement qu'il lui hurla un « hello » près de ses oreilles. Quand le benjamin demanda pourquoi il avait une couverture, Dia expliqua que le « débile » croyait qu'il avait trop froid et a créer une « couverture digne des plus grands couturiers du monde et remplie d'amour » pour éviter qu'il attrape froid. Tsukiro ne dit qu'un mot : « douloureux ».

Sincèrement, « douloureux » était le mot qui convenait le mieux à Kyosuke. Ses habits étaient très… bleutés et souvent fait de paillette. Cela mettait mal à l'aise Tsukiro. Celui-ci était souvent mal à l'aise avec son grand frère, il ne savait pas comment réagir avec lui, si il devait lui dire qu'il avait une chenille sur son dos de peur de le gêner ou carrément lui dire que… Son style vestimentaire était totalement affreux et qu'il ne voulait pas se promener avec une boule de disco ambulante.
De manière très sérieuse et pour parler de chasse. Comment une personne ayant des couleurs vives et pétillantes peut se cacher d'une biche que l'on chasse ? La biche verra obligatoirement les couleurs, serra donc alertée et s'enfuira rapidement. C'est ce qui était arrivé pendant une séance de chasse. Et Kyosuke fit un discours, encore une fois douloureux, sur le sens de la vie avec des métaphores donnant la migraine. Tsukiro l'ignora et pressa le pas pour rattraper la biche en vain.

Ainsi, au bout de quelques jours, Kyosuke proposa au benjamin de vivre avec lui, disant que c'était mieux que de vivre dans les bois et donc dans le froid mordant en hiver même si Tsukiro y était désormais habitué.
Il ne pouvait pas refuser, son corps lui ordonnait d'accepter, cela lui permettra de passer plus de temps avec son aîné et d'en apprendre un peu plus sur sa famille même si ce qu'il savait déjà était important.
C'est donc avec joie qu'il hocha la tête, faisant un grand sourire et se laissant câliner par son aîné qui pleura à nouveau et fit encore un discours sur l'amour fraternel et la chance de retrouver ses frères. Tsukiro en rigola, pour une fois ce discours n'était pas douloureux mais réaliste, remplie de sentiments nostalgiques et tristes.

Il vécut pendant longtemps dans la maison de Kyosuke. Sa maison était sobre, pas bien grande mais la n'était pas l'intérêt. Elle était confortable et bon dieu que cela faisait du bien au dos de Tsukiro de pouvoir dormir sur un bon lit avec un bon matelas. Totalement différent du matelas fait par des feuilles et peau d'animal. Parfois, Kyosuke s'absenta de la maison pour aller à son travail, Tsukiro se demandait si lui aussi, il pouvait travailler ou soit il serait vu comme quelqu'un de bizarre. Mais il avait déjà un toit, c'était suffisant, il n'avait aucunement envie de travailler.

Pendant une journée légèrement humide mais chaude, avec un soleil montrant de nouveau l'éclat de sa puissance et les feuilles d'arbres commençant à mourir lentement et à se laisser tomber sur le sol, Kyosuke rentra chez lui et appela le benjamin qui accourut vers lui. Tsukiro vit que son frère cachait quelque chose derrière son dos et il tentait de faire son curieux en regardant derrière Kyo mais il n'y arrivait pas, l'aîné ayant de bons réflexes.
Son grand frère chanta alors, dans un anglais particulièrement douloureux, une chanson souhaitant l'anniversaire. Tsukiro fit en sorte de ne pas se boucher les oreilles pour ne pas gêner son frère, néanmoins il fut touché par l'acte même si il ne comprenait toujours pas son sens.
Alors, Kyosuke tendit une boîte à son frère, qui la prit de ses deux mains et tapota son doigt dessus ne comprenant pas l'utilité d'un tel objet. Était-ce un jouet ? Ou juste une blague ? Cependant, la boite était légèrement lourde et il la rendit à l'aîné avouant ne pas voir son utilité. Il rigola, trouvant cela mignon et attachant. Il l'ouvrit pour lui et Tsukiro découvrit un objet rectangulaire que son aîné nomma « téléphone » et qui semble utile pour la vie de tout les jours.

Le benjamin prit rapidement le téléphone et essaya de l'allumer mais n'y arriva pas. Au début, Kyosuke s'occupa de tout les réglages tel un professionnel et ce n'est que seulement trente minutes après que l'objet électronique était utilisable.
Tsukiro n'avait aucun cadeau à offrir à son aîné, mais celui-ci avoua que la présence de ses frères étaient suffisantes dans sa vie et que c'était le plus beau cadeau du monde.

Ses frères, au pluriel. Il avait bien entendu. Il manquait bien quelqu'un dans sa famille, et il était encore introuvable. Peut-être que le cadeau parfait était de le retrouver et le présenter à l'aîné. Il essayera, il fera tout pour rendre son frère heureux.
En fin de compte, Tsukiro sera et est le frère qui sait le mieux manier son téléphone et il ne peut passer une journée sans. Il s'inscrivit dans de nombreux réseaux sociaux, il avait envie de faire connaissance avec d'autre personne et commencer à faire des recherches sur son frère.

Ce que Tsukiro préférait le plus sur son téléphone était l'appareil photo. Il prenait des photos et de n'importe quoi, souvent des habits qu'il trouvait parfait et soi-même. Il les publiait souvent et aimait recevoir des compliments sur son choix de vêtements ou même son visage d'ange. Il se sentait vivre. Plus il postait des photos de lui, plus il recevait de message et donc plus il postait des photos de lui pour en recevoir toujours encore plus. Dia le mettait d'ailleurs en garde, mais il n'y tenait pas compte. Il s'amusait, et c'était ce qui comptait le plus.
Quand il se sentait assez populaire, il osa lancer son « avis de recherche » : quelqu'un qui lui ressemble physiquement mais différent de lui sur certains traits et au niveau vestimentaire. Il se doutait bien évidemment qu'aucuns de ces frères ne s'habilleraient aussi bien que lui. Kyosuke ? Trop douloureux, il fait fuir tout le monde en les éblouissant. D'ailleurs, il avait fait un thread sur son réseau social préféré pour prouver au monde entier que son frère n'était qu'un égoïste douloureux sans véritable goût de la mode.

Un jour, il reçut une notification de quelqu'un qui avait cru apercevoir une personne qui pouvait ressembler à son frère près de la supérette, au rayon légumes. Tsukiro attendra plusieurs jours dans ce rayon sans trouver son deuxième frère. Il fut récupéré par Kyosuke qui le retrouva sur son portable tandis qu'il faisait les courses de la semaine. Il ne dira jamais à son frère pourquoi il attendait la depuis quelque jours.
Après cet incident, aucunes nouvelles de ce frère ne furent donnés à Tsukiro. Il décida donc d'abandonner les recherches, au pire il le trouvera par hasard.

A ces 15 ans, Tsukiro rejoint un lycée avec son frère. Il fut stressé le premier jour mais s'habitua vite à cet environnement. Il fut d'ailleurs en internat avec son frère, en chambre séparée, vu qu'il ne pouvait plus trop payer le loyer. Tsukiro était conscient de ce problème, et tant qu'il était proche de son frère et de son portable il s'en fichait complètement d'où il vivait. Dia pensait d'ailleurs comme lui, Tsukiro lui répliqua que c'était normal, elle avait eu l'habitude de vivre n'importe où et elle en rigola.
Il s'amusait beaucoup dans sa classe, et était assez populaire et apprécié, il était toujours à la pointe de tout et il en était assez fier. Il aimait ça, il aimait se faire apprécier, se faire observer, se faire valoriser. Ce n'était qu'un jeu et il profitait de chacun de ses avantages.

Alors que Kyosuke était en cours, Tsukiro se promenait un jour dans la cours de récréation tout en parlant à Dia. C'était alors qu'il vit une figure familière. La même taille que lui, le même visage que lui mais des mimiques différentes. Il grogna de rage en pensant reconnaître son aîné, celui-ci lui avait-il mentit qu'il n'avait pas cours pour s'éloigner de lui ? Oh non, cela n'allait pas se passer comme cela.
Il s'approcha rapidement de lui et le prit par les épaules pour le tourner vers lui et lui cria dessus. Le traitant de débile douloureux à ne pas l'avoir prévenu de sa pause, du fait qu'il avait peur de se faire à nouveau abandonné par LA personne qui comptait le plus pour lui et de son énorme envie de le frapper pour cela.
La personne fit un bruit bizarre qui alerta Tsukiro : ce n'était pas Kyosuke. Il n'aurait pas réagi comme cela, pas du tout. Il regarda la personne dans ces yeux et remarqua les mêmes traits de visage, mais pas le même regard et toujours une bouche grande ouverte et joyeuse.
Ce visage semblait familier, encore plus quand il se rappela qu'il avait aussi un second frère. Il sentit des regards se poser sur eux, des personnes se questionnant se qu'il se passait, qui ils étaient. Tsukiro prit peur, mais son corps refusait de bouger. Dia se montra très protectrice lors de ce moment, n'hésitant pas à se montrer plus grande ou a se cabrer pour que les personnes s'écartent. C'était un moment personnel, intime et personne n'avait le droit de les dévisager et de lancer sa propre rumeur sur « un amour fusionnel entre deux clones ».

Tsukiro était totalement tétanisé, il avait du mal à respirer et il pouvait sentir son cœur s'accélérer et le sang couler beaucoup rapidement dans son corps. Une sensation désagréable qui fut rapidement couplée et arrêtée par son double qui l'étreignait.

« Jomei. Jomei est son nom, il a disparu avant toi je pense. »
« Donc… nous sommes triplets ? »
« Oui, séparés depuis longtemps mais je le sais, je le sens, un jour nos fils rouges vont se rejoindre et la notre famille sera de retour bien plus forte qu'avant. »

Il éclata en sanglots, il ne pouvait arrêter ses pleurs et serra Jomei plus fort dans ses bras. Il posa sa tête sur son épaule, près de son cou et caressa le dos de son frère. Il pouvait l'entendre le rassurer mais il fit mine d'en être incapable et laissa ces sentiments de joie et d'amour, longtemps enfermés, refaire surface et montrer leurs puissances.
Après tant d'années, dont certaines à l'avoir complètement oublié, il avait retrouvé son dernier frère. Sa famille était enfin réunie. Il fallait maintenant prévenir Kyosuke, cela sera rapide : il y avait quelques minutes de récréation.

Bon dieu qu'il fut heureux, son corps lui disait qu'il avait enfin accompli l'un de ses buts dans la vie et il ne pouvait s'empêcher de pleurer en pensant à cela. Rien d'autre n'avait d'importance maintenant, son frère était la, entre ses bras, joyeux comme toujours tandis qu'il pleurait. Était-ce cela, la définition de la joie ? Être en présence des personnes que l'on aime le plus au monde pour toujours ? Pour Tsukiro, c'était la bonne définition et il n'avait pas besoin de philosopher longtemps pour arriver à cette conclusion.

Les retrouvailles des trois frères se passaient dans les larmes et la joie. Tout ce qu'il fallait, et tout ce qui rendait heureux Tsukiro. Il se sentait fier, il se sentait fort. Avec eux d'eux, il était intouchable.
Il regarda une dernière fois derrière lui et vit cette silhouette noire, cette personnification de sa culpabilité et son mépris de lui, lui faire un dernier au revoir. Il ferma les yeux et la salua de la tête.

« La vie n'est qu'une accumulation de bonnes et de mauvaises choses, chéri. »
« Et nous devons toujours nous pencher sur les bonnes choses pour ne pas tomber dans la déprime. Tout ira mieux au bout d'un moment. »
« Tu apprends vite. »

Désormais, un nouveau chapitre de sa vie commence. Un chapitre qui aurait dû commencé à sa naissance mais qui fut retardé Le début de sa véritable vie.
I.R.L
Pseudo/Prénom: J'ai tendance à laisser les gens choisir un pseudo qui pourrait m'aller, mais vous pouvez m’appeler Tsuki.
Âge: J'ai 17 ans, mais plus pour trop longtemps.
Disponibilité: Je suis principalement disponible certains après-midi, le soir/la nuit, le week-end et pendant les vacances scolaires.
Comment as-tu connu le forum ? Une personne trèèès joyeuse qui a voulu faire des personnages dans un forum rp, elle a choisi ce forum et nous voila x)
Petit mot ? Petit pain au chocolatine. *se prépare à avoir une horde de personne l'attaquer*
avatar
Messages : 2
Date d'inscription : 03/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Déc - 21:19
HEEEEEY BIENVENDUE A TOI !

Depuis le temps qu'on t'attendait tous ! Fallait po être timide oxo
Je t'aime déjà beaucoup toi et ton perso jeeeeez ♥️

INSTALLES TOI BIEN ICI ~ Je suis la petite démone de ces lieux owo
Ornithorynque Sarcastique ♠
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 06/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Déc - 22:48
......... Mais nous n'avons que des personnages au passé tragique ou mouvementé, ici D'= !!!! MON PAUVRE COEUR !!!

En tout cas, bienvenue =D Superbe présentation !
Prêtresse Triste ♣
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 06/11/2017
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Déc - 23:07
Hey toi et bienvenuuuue heart

Pour ta fiche, je suis vraiment désolée, mais le temps manque un peu, mais je m'en occupe demain ! Je l'ai déjà lue itou donc j'ai juste à t'écrire les choses à corriger :) ! (je préfère te prévenir plutôt que de te laisser dans le flou x) )

Encore désolée pour l'attente TT !
Co-Fondatrice Cute ♥
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 05/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Déc - 23:47
Et coucou heart

J'ai ENFIN eu le temps de tout bien t'écrire les trucs que j'avais trouvé à modifier :3 Me suis repenchée sur ta fiche, et j'ai tout prit le temps de tout te noter. Mais prends pas peur hein D: Ca fait un pavé mais lit bien jusqu'au bout, on propose de t'aider =) !

Le mal était déjà fait, ces frères n'étaient qu'un vaste souvenir. Ils revenaient parfois lors de ces rêves. Ces visages uniques qui ne se ressemblent aucunement malgré leur ressemblance. Cet air fier, fier d'être soi-même et d'aimer les autres. Cette aura joyeuse qui pouvait faire rire n'importe qui n'importe quand. Ces sourires. Pourquoi sont-ils si familiers mais si étrangers ?

// Vu son âge, il ne peut pas les oublier. Surtout étant donné l’attache qu’il y a et le fait qu’ils soient triplés (triplés au passage, pas triplets s’il te plaît D:), donc le manque sera clairement présent. Mais plus bas, je vais te proposer une autre alternative si tu tiens à garder le fait qu’il oublie ses frères

Tsukiro ne pouvait pas tenir cela, il ne voulait pas revivre une seconde tragédie alors il s'enfuit en pleine nuit et fit tout pour ne pas être retrouvé. Comment ? Il avait réussi, malgré son hémophobie, à se couper et faire couler un minimum de sang même si Dia était contre. D'ailleurs, Dia était objectivement contre sa fuite mais l'orphelin n'avait pas le temps de lui expliquer le fond de sa pensée : son corps lui disait de fuir pour sa liberté, pour sa vie. Il avait poser du sang sur quelques arbres, un peu sur des feuilles et sur l'herbe. Ce n'était rien, mais cela le fatiguait encore plus. Il avait oublié de prendre des forces avant de partir, encore une erreur de sa part.
Néanmoins, ce qu'il avait fait lui avait permis de rester seul et d'émettre l'hypothèse qu'il avait complètement disparu à sa fausse famille. Une première victoire.

// Ca ne fonctionne pas comme ça. Parce qu’au contraire, là, non seulement ça va encore plus inquiéter de trouver du sang donc les recherches vont être intensifiées, mais en plus, il va être beaucoup plus repérable. (Les chiens vont pouvoir le trouver beaucoup plus facilement.


Il vivra pendant plusieurs années dans cette forêt, près de cette rivière qui le fournissait en eau et en nourriture variées.

// C’est un enfant, il ne peut pas survivre en pleine forêt seul sans aucune notion de survie. Non seulement son corps n’est génétiquement pas adapté, mais en plus il est clairement trop faible, c’est un gamin.
D’autant plus qu’il aurait certainement été retrouvé entre temps. Car dans ce monde, il n’y a pas que les hommes qui cherchent, il a aussi les esprits. Entre la magie que certains esprits ont, les esprits aériens et tout, il aurait clairement pu être facilement repérable. (surtout compte tenu de la couleur de son esprit, elle est très visible en pleine forêt)

[moment où il revoit un de ses frères]
Tsukiro baissa vite la tête tout en fronçant ces sourcils. Qui était cette personne qu'il semblait connaître alors que ce n'était que la première qu'il la voyait ?
// Ce que je te propose pour garder ce côté d’amnésie, et que ce soit un minimum cohérent, c’est de faire en sorte qu’il ait eu un gros accident (renversé par un poids lourd pendant sa chute maybe) qui lui aurait provoqué une amnésie partielle. Mais le manque resterait présent (et dans ce cas-là, inexpliqué pour lui, du coup il comprendrait pas pourquoi ni rien)



Il l'ouvrit pour lui et Tsukiro découvrit un objet rectangulaire que son aîné nomma « téléphone » et qui semble utile pour la vie de tout les jours.

// Vu son âge, il sait à quoi ressemble un téléphone et sa fonctionnalité. Même s’il a quitté la civilisation quand il était jeune, les téléphones existaient déjà

A ces 15 ans, Tsukiro rejoint un lycée avec son frère. Il fut stressé le premier jour mais s'habitua vite à cet environnement.

// A 15 ans, s’il n’a pas été scolarisé depuis sa fuite, il ne va pas au lycée. Il a le niveau scolaire d’un gamin de primaire. A la limite, il peut rentrer dans le même établissement que son frère, y’a pas d’soucis. Il sera juste dans une classe spéciale qui va le remettre à niveau itou. Mais il passera pas le même diplôme ni rien.



J’ai mis point par point ce qui n’allait pas, et pourquoi. Mais dans ta fiche, tout ne peux pas être cohérents. Tu peux garder certains points, mais par soucis de cohérence, d’autres ne pourront pas aller ensuite avec.
J’avoue que je suis un peu embêtée, parce que je sais pas trop quelle solution te proposer (j’y ai réfléchit toute la semaine, ça me travaille :’) )

Pour la disparition : Il aurait pu être retrouvé de nombreuses fois. Déjà, au tout tout tout début, parce qu’étant un gamin, il aurait pas vraiment fait gaffe. Et la milice de l’île aurait pu le trouver facilement, avec le sang qu’il a laissé, son odeur, et les esprits des gens de l’île.
Et puis, il n’aurait pas pu survivre seul dans la forêt en étant aussi jeune.

Et aussi, quand il part vivre avec son frère. Son frère, comme tu le décris, a l’air de vivre seul. Chose impossible vu son âge. Et le simple fait de venir en ville l’aurait rendu visible, de même en allant à l’école. Du coup, dans tout les cas, il aurait été retrouvé.

Enfin, y’a vraiment beaucoup de choses à modifier sur ta fiche, et je préfère vraiment m’arrêter là pour pas que t’aies un gros pavé (enfin, c’est déjà un gros pavé). Ce qu’on te propose avec Tanja, c’est de se créer un groupe sur skype ou discord (ou autre chose, si tu préfères) pour qu’on t’aide à modifier ta fiche point par point et trouver les meilleure alternatives possibles :3 Je suis vraiment embêtée d’avoir à faire ça, mais c’la meilleure chose que je puisse faire pour t’aider pour ta fiche ><.
J’te passe donc mon skype (lalouve9699) et mon discord (Kyo9460). Je te laisse donc m’ajouter et je ferai le groupe avec Tanja dès que ce sera fait :3 !
Co-Fondatrice Cute ♥
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 05/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar - 7:52
Coucou toi !
N'ayant pas de nouvelles de ta part, je me permet d'archiver ta fiche. Si tu souhaites la récupérer n'hésites pas à m'envoyer un mp !

A bientôt j'espère ♥️
Fondatrice Chiante ♥
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 29/10/2017
Age : 25
Localisation : Dans sa chambre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aüma Academy :: Le Commencement :: Archives :: Présentations-