Revenir en hautAller en bas
meteo

[libre à qui veux ♥] La nature est un bon guide. Quand on la vit, elle nous montre toujours le chemin

 :: Extérieurs :: Les Alentours :: La Forêt Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 22 Nov - 20:57
La nuit tombait petit à petit sur la forêt, derrière la cime des arbres qui se teintaient progressivement de bleu, annonçant ce moment d'obscurité. Toute la nature se préparait à la nuit. Les animaux diurnes se hâtaient de trouver un abri confortable et sûr, laissant la place aux animaux nocturnes qui, eux, s'étiraient de cette journée de sommeil pour enfin prendre possession de leur royaume d'ombre. Aponi était allongée aux pieds d'un arbre en somnolant et moi, je me trouvais en hauteur pour ne pas me faire repérer facilement, sur une des branches du même arbre. Nous étions jamais l'un sans l'autre. Si Aponi était là, j'étais là aussi. L'avantage c'est que mon esprit pouvait aisément se faire passer pour un animal sauvage, elle ne se laisse pas caresser et monter par n'importe qui. En général, seul moi peut faire l'un ou l'autre.

Je profitais de mon perchoir pour observer la lune prendre sa place à son rythme et enfin illuminer l'immensité de verdure de ses pâles rayons. Il faut savoir que la nuit, dans la forêt, pouvait être très effrayante pour quelqu'un n'ayant pas l'habitude. L'endroit est peuplé d'ombres en tout genre, on aperçoit les yeux brillants des animaux nocturnes dans l'obscurité, comme s'ils flottaient dans l'air et on entend leurs cris à  l'aspect lugubre durant ce moment de la journée. Qui plus est, si on ne connaît pas bien la forêt et ses habitants, on peut facilement s'y perdre ou tomber nez à nez avec une créature dont on se serait bien passé, encore plus dans le noir. Bref, ce n'est pas un lieu pour un humain de la ville.

D'ailleurs, aucun d'eux n'osent s'aventurer ici en pleine nuit, en général, même avec une lampe torche. Autant le jour, les hommes blancs peuvent apprécier s'y promener et très souvent causer du tort à la nature sans que celle-ci n'ai rien demandé mais dans le noir, c'est autre chose.
Petit Indien ♥
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 16/11/2017
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 13:33
J'ai toujours aimé la forêt. Pour peu que l'on s'éloigne d'une centaine de mètres de la lisière, on y croise pas grand monde, et l'ambiance qui y règne,à la fois calme et oppressante, est agréable.
J'y fais souvent un tour après les cours, c'est apaisant. La végétation peut être très dense en dehors du sentier,
il vaut mieux faire attention pour ne pas tomber dans les ronces.
Et faire attention, c'est pas mon fort.
Perdue dans mes pensées, j'ai tendance à m'éloigner un peu trop du chemin. Mais là...
Là j'ai déconné. La nuit tombe dans peu de temps, impossible de retrouver ma route. Et avec Hano, mon esprit, qui est parti retrouver le chemin,mais qui est aussi nul en orientation que moi, je me retrouve seule. Remarque, ça ne me change pas vraiment. Et c'est toujours aussi agréable de se retrouver seule avec ses pensées.
Mais là j'suis paumée...

La nuit tombe. Hano ne revient pas, et je ne sais toujours pas si je me rapproche ou si je m'éloigne de mon point de départ. Je n'y vois plus rien. Les seules choses pour perturber le silence sont le hululement des chouettes, le bruissement des feuilles et le sifflement du vent. Tout est calme. Encore plus qu'en journée. Alors pourquoi me sentirai-je si inquiète ? À cause des rumeurs débiles sur une troupe de canibales ? Ett même si c'était vrai, ce serait plus loin encore dans la forêt...
Je suis décidemment pas douée pour l'auto persuasion.
Je sors mon téléphone pour me faire un peu de lumière. Ce n'est pas très utile. Et je ne peux appeler personne, je n'ai aucun numéro, à part ceux de mes parents.
C'est bien les derniers individus à qui je demanderai de l'aide.
Je continue d'avancer un peu, et je m'arrête net, sans faire de bruit.

-Qu'est ce que c'est ?

Un animal sauvage somnolait au pied d'un arbre, à quelques dizaines de mètres de là. Ben oui, c'est plutôt normal en forêt, mais celui a une taille vraiment imposante, sûrement celle d'un grand cheval. Un grand cheval avec des cornes... Je n'avais jamais vu, ni entendu parler de ce genre de créature. Je vais m'éloigner sans faire de bruit...

CRAC

-J'avais dit sans faire de bruit ! C'est pas le moment pour craquer une branche !

On se croirait dans un mauvais film fantastique horrifique. Quoique cet animal est loin d'être effrayant, au contraire.
Furet Discret ♥
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 08/11/2017
Age : 16
Localisation : Le Mans, France
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 14:28
Pour moi, tout était agréable, magique et calme. Enfin, presque calme, jusqu'à que j'entende un craquement. Aponi et moi, de concert, levèrent la tête en même temps pour regarder dans la direction du bruit. Qui avait osé perturber le sommeil de mon esprit ? Ah... Une fille blanche. Avec un petit objet rectangulaire tenu devant elle et qui diffusait une pâle lumière, inutile dans cette circonstance d'obscurité. Aponi se redressa sur ses pattes, sur le qui-vive, les oreilles dressées, fixant l'intruse. Aussitôt, je murmurais dans ma tête à l'intention de mon esprit.

* Du calme, ma belle, elle a juste l'air d'être perdue. *

Du coup, elle ne bougea pas mais son intention resta posée sur cette femme qui avait osé s'aventurer dans la forêt et qui maintenant, était bien embêtée par la nuit tombée. Tranquillement assis sur ma branche, toujours silencieux, je réfléchissais. L'aider ? Pas l'aider ? Elle a plutôt l'air inquiète, ça se sent et un animal sauvage ne tarderait pas à le sentir aussi si je la laissais là sans rien faire. Au mieux, elle finirait juste blessée, au pire, il n'y aurait plus de trace d'elle ni de son esprit avant le matin. Je pris donc ma décision et me postais bien au bord de ma branche, avertissant Aponi avant de descendre.

* Attention, ma belle, je vais descendre. *

Mon esprit se poussa alors sur le côté et je me laissais descendre de mon perchoir, atterrissant souplement sur le sol. Je caressais le museau de mon cerf puis porta moi aussi mon attention sur la jeune fille maintenant face à moi. Mon esprit m'observa.

* On va les aider ? *

* Oui, on ne va pas les laisser là, ils ne tiendraient pas longtemps seuls dans la forêt. *

Je fis un petit signe de la main en direction de la jeune fille pour l'indiquer de me suivre et me mit aussitôt en marche, sans lui laisser le temps d'être surprise, de m'observer, de me poser des questions ou quoi que ce soit d'autres. Je n'étais pas bavard et, en plus, plus vite je l'aurais reconduite à la sortie de la forêt, plus vite je pourrais y retourner. Aponi me suivait comme mon ombre, juste à côté de moi, jetant de temps en temps des coups d’œil derrière elle pour surveiller l'intruse inconsciente. J'espère que la jeune fille blanche n'allait pas être trop lente ni maladroite.
Petit Indien ♥
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 16/11/2017
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 19:58
Avec le bruit provoqué par cette branche, je crois bien avoir réveillé cet animal...
Mais... Qu'est ce que c'est ? Là, de l'arbre sur lequel le cheval à cornes était couché, quelqu'un descend.
Je suis crispée, un pic de stress m'envahit, sans même que je ne sache vraiment pourquoi. Mais je me calme très vite en voyant celui qui vient de descendre me faire un signe. Je m'approche , dès lors il marche devant moi, très à l'aise dans la forêt. Je le suis.
Alors qu'il m'a fait signe de le suivre, il semble me fuir. Ce personnage m'intrigue, mais il ne doit pas non plus aimer parler. Ce n'est pas plus mal ainsi.
Cependant, j'ai du mal à le suivre, il à l'air d'avoir toujours vécu ici, de connaître parfaitement les moindres recoins de le forêt. Je ne me laisse pas distancer, c'est sûrement ma seule chance de sortir d'ici avant le lever du jour. Rien ne m'oblige à le suivre, il semble froid et n'a pas prononcé un seul mot, (de toutes façons moi non plus), mais il inspire je ne sais quelle aura qui me met en confiance. De même pour cet animal qui m'a surpris au départ, et qui semble être, je pense, son esprit. Ils marchent cotes à cotes, et ils savent où ils vont. Pas moi.
J'ai quand même l'impression de faire un boucan pas possible en marchant, comparé à celui qui marche devant moi.
Dans le noir, j'ai du mal à le décrire, mais il semble encore plus petit que moi.
J'aurai quand même quelques questions à lui poser, mais je n'ose pas. Et je doute fortement qu'il m'adresse la parole.

Cela fait bien un quart d'heure que l'on marche à un rythme rapide et soutenu, et la forêt semble moins épaisse. On s'approche de la sortie ?
Mais là, mon attention se porte sur autre chose.

- TOA CHTEMMER** !..
- Azy comment tu me paaarles ?
- Je... J'te parle comme que j'veux d'abord.

Sérieusement ?.. Mais c'est un sketch là... Des alcooliques des bois ? Ils ont allumés un feu de camp plus loin en plus, ces abrutis. Il y a des bouteilles et des mégots partout... Ce genre d'individus a le don de m'énerver. En général, je préfère ne pas m'en mêler. Je ne vois pas vraiment ce je pourrai leur dire. Et je suis une non-violente. De toutes façons, vu ma corpulence, je ne pourrai pas faire grand chose. Et mon guide n'a pas l'air beaucoup plus imposant.
Furet Discret ♥
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 08/11/2017
Age : 16
Localisation : Le Mans, France
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 20:56
Je me crispais en apercevant les deux hommes et la pagaille qu'ils avaient semé tout autour d'eux. Les bouteilles et les mégots qui jonchaient le sol de la forêt me fit assombrir mon regard et le feu qui brûlait non loin ne me plaisait pas du tout. Certes, le feu était utile, dans ma famille indienne, on l'a toujours utilisé et on l'utilise toujours mais pas ici, en plein milieu de la nature où il pouvait créer et propager un incendie ! Je levais le bras pour dire à la jeune fille de rester ici avec Aponi puis, toujours sans un mot et calmement, je me dirigeais vers les flammes. Je me baissais, prit une grosse poignée de terre que j'éparpillais sur le feu en prenant bien garde de ne pas l'ensevelir complètement, pour être sûr de parfaitement l'éteindre.

C'est à ce moment-là que les deux hommes se levèrent pour me toiser, malgré leur état chancelant évident, le regard furieux. Je leur faisais face sans me départir de mon calme. Ils avaient pas l'air content que j'ai éteins leur source de chaleur sous leurs yeux, l'un des deux voulut me donner un coup mais je l'esquivais sans mal au vu de sa maladresse. Je ne suis pas un violent, j'attrapais seulement son bras pour le coincer derrière son dos, sans lui faire mal, pas besoin de serrer fort, il n'était pas assez en forme pour me résister.

" Vous faites du mal à la nature. Je vous conseille de partir d'ici ou vous aurez affaire à moi.
"


J'avais presque chuchoté mes paroles, mais c'était suffisamment fort et emplit de sous-entendu, bien que dit calmement comme à mon habitude, pour qu'ils reculent tout les deux en ouvrant de grands yeux surpris. C'est sûr que je devais paraître bien frêle, à côté d'eux, et pourtant, la taille et la corpulence ne font pas tout. Ils avaient l'air de vouloir insister mais je leur lançais un regard noir qui les en dissuada et ils firent demi-tour en titubant. Ceux-là, je ne les aiderais pas, qu'ils se débrouillent. Je retournais au côté de mon esprit, qui avait blottit son museau contre ma main et le lui caressa avec affection et douceur, observant attentivement les deux hommes partir jusqu'à ce qu'ils n'apparaissent plus dans mon champ de vision. J'espère pour eux qu'ils ne vont pas recommencer.

Petit Indien ♥
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 16/11/2017
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur


Yuma chuchote en 006666 & Litonya lui répond en ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Nov - 0:21
Il me semble que nous ne nous sommes pas faits remarquer... Autant s'en all... Ah.
Mon "guide" me fait un geste du bras me signalant de rester à ma place. Que compte-il faire ?
Il se dirige alors vers le feu, calmement, sans expression visible sur son visage. Il prends une poignée de terre qu'il jeta sur le feu pour l'éteindre, ce qui sembla énerver les deux personnes assises sur une bûche, qui se levèrent d'un bond. Enfin, un bond bourré. Ils n'ont pas l'air très habile, mais agressifs, ce qui ne semble pas perturber leur "trouble-fête", qui n'arrive à peine qu'à leur poitrine.
Je suis confuse. J'observe la scène, passive, hésitant à faire quelque chose. Mais faire quoi ?..
Il n'a pas l'air d'avoir besoin d'aide, et m'a déjà fait signe de ne pas bouger.
Soudain, un des deux hommes essaye de lui asséner un coup. Un coup ivre, mais violent tout de même, qui se fait esquiver sans mal par... Mon guide. Je l'appellerai bien autrement, mais je ne connais pas son nom. J'ai le voir un peu mieux quelques secondes à la lueur du feu, il a un teint mat et des peintures blanches sur le visage, ainsi que quelques cicatrices, visibles ici et là. On dirait un indien. ... Ha bah peut être.
Qui se fait donc esquiver sans mal par l'Indien (c'est peut être pas très respectueux comme appellation, "l'Indien" ?... Je me pose trop de questions.)
L'aisance avec laquelle il a évité ce poing est impressionnante. Et... Là, je n'ai pas bien compris comment le bras de l'agresseur a pu se retrouver là. En tout cas, cela l'a empêché de bouger, et il n'a pas la force de faire quoi que soit de plus pour résister. L'autre n'a pas l'air de vouloir prendre parti à tout ça. Mon "guide forestier indien" chuchote quelque chose à l'oreille de la personne qu'il immobilise, mais je ne peux l'entendre. Les deux reculent, mais semblent vouloir persister à rester. Un seul regard suffit à les en dissuader. Ils font alors demi-tour, toujours éméchés.
De mon point de vue, tout ça s'est passé en un éclair. Mon guide revient, aupprès de sa monture, et je me sens aussi inutile qu'admirative.
Il a réglé ce problème avec une telle aisance, sans montrer aucune émotion visible, excepté une légère colère envers ces personnes quui saccagaient la forêt.
Nous regardons les deux hommes partir, et une fois assez éloignés, alors que nous nous apprêtons à continuer notre marche, une seule question est sortie, sans que j'y réfléchisse vraiment, comme un automatisme, pour une fois que nous sommes à moins de cinq mètres l'un de l'autre :

-Qui est-tu ?
Furet Discret ♥
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 08/11/2017
Age : 16
Localisation : Le Mans, France
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Déc - 11:47
Je la fixe un moment du coin de l’œil, elle et sa question " Qui es-tu ? ". Je détourne mon regard et m'avance pour ramasser les bouteilles et les mégots qui traînent par terre, mettant ceux-ci dans les bouteilles elles-même.

" ... Un indien, c'est tout. "

* Yuma, voyons ! Tu pourrais te montrer un peu plus gentil, quand même ! Tu apparais comme ça devant elle, tu l'aides mais elle ne sait pas qui tu es, ça doit être effrayant, pour elle ! Surtout en pleine nuit, perdue dans un bois au milieu de nulle part ! *

Je soupire. Ouais, mon esprit à pas tort, j'avoue. Je me relève et me retourne alors pour la regarder droit dans les yeux.

" Je m'appelle Yuma. Je vis ici, dans cette forêt, j'en connais chaque recoins, alors n'ai crainte. Je vais te ramener chez toi saine et sauve. "

* Voilà, c'est quand même mieux ! Mais dis, tu ne serais pas en train de m'oublier ? *

Je souris et caresse la tête de Aponi, qui venait de me rejoindre.

" Pardon, ma belle. Elle, c'est Aponi, mon esprit. Je la qualifie de "cerf" mais en vérité, elle tiens aussi du bouquetin. Elle est d'un naturel maternel, c'est assez perturbant, parfois. J'ai l'impression de voir une mère, en elle, elle est d'ailleurs un peu comme ça, pour moi, une deuxième mère. "

Je m'arrête de parler, Aponi tend la tête vers moi et j'attrape une de ses cornes pour m'aider à monter sur son dos. Je regarde, à cette hauteur, la jeune fille et lui tend la main.

" Elle est d'ailleurs assez rapide, comme monture. Tu veux monter ? "

De toute façon, je lui conseille de venir aussi. Si je lançais mon esprit, la jeune fille aurait bien dû mal à suivre. Enfin, encore plus.
Petit Indien ♥
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 16/11/2017
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur


Yuma chuchote en 006666 & Litonya lui répond en ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Déc - 1:14
Un peu gênée par ma propre question, je me mets à ramasser aussi les détritus qui jonchent le sol. Je ne peux toujours lire aucune expression sur son visage, et le silence est assez pesant.
Pour la première fois, je l'entendit prononcer un mot.

- ... Un indien, c'est tout.

Ha oui. Aussi bavard que moi.
Après un temps de pause, qui me sembla durer une éternité, la tête baissée à ramasser des mégots par terre, il ajouta :

-Je m'appelle Yuma. Je vis ici, dans cette forêt, j'en connais chaque recoin, alors n'aie crainte. Je vais te ramener chez toi saine et sauve.

Je balbutie alors :

-D'accord… M… Merci !

Il me présente ensuite son esprit, qu'il semble beaucoup aimer. D'ailleurs Hano ne revient toujours pas ?..
Il grimpe sur le dos de son compagnon, puis me propose de faire de même. On… On peut faire ça ?
Oh. Nan, sérieux ? J'vais me péter la g…
Bon, ben c'est parti.
J'attrape le main qu'il me tend et monte à mon tour sur « Aponi ». Cela va tout de suite plus vite qu'à pieds, et c'est étrangement agréable.
La monture se met alors à accélérer.
Beaucoup. Elle galope. Vite. C'est la première fois que je me déplace à l'aide d'autre chose que mes jambes depuis il me semble une éternité. Cette sensation est à la fois étrange, agréable et… Géniale.
Je me dis que monter l'esprit d'un inconnu, perdue dans la forêt, est une situation… A laquelle je ne m'attendais pas à être confrontée ce matin on va dire. Et je l'oublie. Se laisser porter ainsi, avec cette impression de ne faire qu'un avec l'animal, (quoique sûrement altérée par la présence de quelqu'un d'autre dessus, je n'en sais trop rien. Mais là ce serait ridicule de s'en plaindre.) est difficile à décrire.
Nous nous laissons porter par Aponi, et j'en oublie complètement pourquoi je me suis retrouvé dans cette situation au départ. Ce genre de moment ou plus rien n'a d'importance, excepté ce qui est se déroule dans le présent. Je m'enflamme vite ? Peut-être. Aucune importance.
Furet Discret ♥
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 08/11/2017
Age : 16
Localisation : Le Mans, France
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aüma Academy :: Extérieurs :: Les Alentours :: La Forêt-